VIOLENCE – FranceTv Info – Si les atteintes aux personnes et les vols sont en baisse en 2014-2015, la consommation de drogues continue d’augmenter, selon un document dévoilé mercredi 6 janvier. Une synthèse de Marie-Violette Bernard,de France Info :

Le nombre de violences signalées dans le secondaire, en 2014-2015, est stable par rapport à l’année scolaire précédente. La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Education nationale a dévoilé, mercredi 6 janvier, une note (en PDF) sur les incidents déclarés par les professeurs, les conseillers principaux d’éducation (CPE) et les proviseurs des établissements publics. Voici trois statistiques à retenir de ce document.
Les incidents graves en baisse de 0,7 point
La baisse est presque imperceptible. Durant l’année scolaire 2014-2015, le taux moyen d’incidents graves dans les établissements publics s’élève à 12,4 incidents pour 1 000 élèves. Ce chiffre est en retrait de 0,7 point par rapport à 2013-2014, selon la DEPP.
Le taux d’incidents s’est, en outre, stabilisé « quel que soit le type d’établissement ». « Les variations observées ne sont, en effet, pas statistiquement significatives » dans les collèges, les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et les lycées polyvalents (LPO).
« La tendance à la hausse constatée depuis plusieurs années dans les lycées professionnels semble enrayée, poursuit la DEPP. Le niveau de violence y reste néanmoins bien plus élevé que dans les autres types d’établissements, avec 24,2 incidents pour 1 000 élèves. »
Les violences verbales représentent 42% des atteintes aux personnes
La violence en milieu scolaire se manifeste principalement par des atteintes aux personnes, qui constituent 79% des incidents déclarés. Dans le détail, les violences verbales représentent 42% des faits, « dont plus de la moitié à l’encontre des enseignants », indique la DEPP. Les violences physiques, « généralement entre élèves », suivent avec 30% des incidents constatés.
Ces incidents sont concentrés dans certains établissements : 5% des collèges et lycées déclarent à eux seuls 24% des incidents graves, « soit autant que les 70% d’établissements les moins touchés par la violence ». Dans ces 5% d’établissements sensibles, les violences verbales représentent 53% des actes signalés.
Les 5% d’établissements « les plus violents » enregistrent en revanche deux fois moins de violences sexuelles, de racket ou de bizutage. Les violences physiques représentent, en outre, 32% des faits signalés dans les collèges et lycées les moins affectés, contre 27% dans les établissements sensibles, selon la DEPP.
La consommation de stupéfiants en hausse de 0,7 point
Le rapport de la DEPP se penche enfin sur « les atteintes à la sécurité » dans les établissements publics. Il s’agit de « comportements illégaux ou à risque, n’impliquant généralement aucune victime », comme les intrusions sans violence ou la consommation d’alcool.
Parmi ces actes, la consommation de stupéfiants est en hausse pour la troisième année consécutive : elle atteint 3,8% du nombre total d’incidents déclarés en 2014-2015, contre 3,1% en 2013-2014. Cette augmentation est particulièrement visible dans les lycées d’enseignement général et technologique et les lycées polyvalents, où la part d’incidents liés à la consommation de drogues est passée de 4% à 10% en trois ans.
Le trafic de stupéfiants dans les collèges et lycées publics est, en revanche, en légère baisse. Il représentait 0,9% des incidents constatés en 2014-2015, contre 1,1% l’année précédente.

Source : http://www.francetvinfo.fr/societe/education/violences-dans-les-colleges-et-lycees-trois-chiffres-a-retenir-du-rapport-de-l-education-nationale_1255563.html