SYNDICATS  – La Gazette des Communes –  Les fonctionnaires adhèrent deux fois plus à un syndicat que les salariés du secteur privé. Ce relatif engouement qui allie intérêts catégoriels et défense de valeurs de service public est précisé par une étude de la Dares de mai 2016 qui relève que le taux de syndicalisation des fonctionnaires (20%) est deux fois plus élevé que dans le secteur marchand et associatif (9%). Les fonctionnaires de l’État sont les plus syndiqués (24% contre 17% dans la fonction publique hospitalière et 16% dans la fonction publique territoriale). Les métiers de l’éducation, de la formation et de la recherche sont fortement représentés parmi les syndiqués (24%) ainsi que ceux de la sécurité et de la défense (32%). Le taux de syndicalisation est particulièrement élevé chez les policiers (49%). Un article de la Gazette des Communes :


Un cadre sur quatre et un agent sur cinq adhèrent à un syndicat dans la fonction publique, soit un taux de syndicalisation de 20 %, rappelle Martine Doriac :  Cette proportion, stable depuis le milieu des années 1990, est deux fois plus élevée que dans le secteur marchand et associatif, où les syndiqués ne sont que 9 %. Sur les raisons de cette adhésion plus large des fonctionnaires à une organisation de défense de leurs intérêts, l’étude de la Dares « La syndicalisation en France : Des salariés deux fois plus syndiqués dans la fonction publique » (1) réalisée à partir notamment de l’enquête « Conditions de travail » (2) de 2013, apporte un éclairage en creux, par comparaisons entre les salariés et ce million de fonctionnaires syndiqués.

Leviers pour adhérer

Premier constat, la stabilité de l’emploi favorise la syndicalisation. Inexistante dans l’intérim (1 %) et chez les détenteurs de contrats à durée déterminée (2 %), elle va plus souvent de pair avec un travail à temps complet (12 %) qu’avec une activité à temps partiel (8 %).

Autre enseignement tiré des statistiques, le syndiqué est un peu plus âgé que la moyenne des salariés et un peu plus souvent de sexe masculin. Dans la fonction publique, 23,5 % des adhérents à une organisation syndicale sont des hommes pour 17,5 % de femmes. Les tensions avec les supérieurs hiérarchiques apparaissent en outre comme un levier d’adhésion : 40 % des syndiqués se déclarent insatisfaits de leurs relations de travail, pour 28 % des salariés.

Des relations de travail vécues différemment

« Les conditions d’emploi des salariés de la fonction publique (titulaires pour environ 80 % d’entre eux) et celles des salariés du secteur marchand et associatif, les relations qui les lient à leur administration ou à leur employeur, les différentes traditions et modes de représentation syndicale sur les lieux de travail renvoient à des systèmes de relations sociales différents », avance l’auteure de l’étude, Maria Teresa Pignosa.

Cette perception différenciée des relations de travail est illustrée par les réponses à un questionnaire selon l’adhésion à un syndicat et le secteur d’activité. Les fonctionnaires et encore plus souvent les syndiqués estiment, plus souvent que les salariés du privé, que leur supérieur ne les aide pas à mener à bien leurs tâches et qu’ils doivent éviter de donner leur avis. Les tensions avec les collègues sont pour eux plus présentes.

Enfin, 39 % des syndiqués de la fonction publique et du secteur privé déclarent ne pas bénéficier de l’estime que leur travail mériterait.

(…)

Source : http://www.lagazettedescommunes.com/442590/deux-fois-plus-de-syndiques-dans-la-fonction-publique/