… mais la CGT réaffirme sa primauté sur l’ensemble privé/public

La deuxième mesure de la représentativité des organisations syndicales du secteur privé – qui agrège les résultats du premier tour des élections DP-CE dans les entreprises de plus de onze salariés, les élections TPE et dans les chambres départementales d’agriculture – hisse la CFDT en tête des organisations syndicales représentant les salariés du secteur privé, à 26,37 %. Elle progresse ainsi de 0,37 point, mais surtout de 62 741 voix. Elle devance la CGT qui, à 24,85 %, est reléguée en deuxième position – une situation inédite depuis la constitution de cette organisation en 1895. « C’est un séisme dans le paysage syndical. Attendu, annoncé, espéré, mais non moins historique. »

« Alors que beaucoup pensaient cela impossible il y a quelques années, nous vivons un profond bouleversement du paysage syndical, souligne Laurent Berger. Et si, depuis 2013 nous étions convaincus que c’était possible, nous n’imaginions pas un tel écart aujourd’hui ! » Il faut dire que tandis que la CFDT progresse, la CGT régresse fortement en points (–1,96 point) et en nombre de voix (–58 189).

Quatre appels de Laurent Berger

« Cette première place confirme que notre type de syndicalisme, capable de regarder la réalité en face pour mieux la transformer, capable de faire des propositions, de s’engager dans la négociation et d’obtenir des résultats concrets, répond aux attentes des salariés »

Laurent Berger a saisi l’occasion pour lancer quatre appels. Aux futurs gouvernants de ce pays, une mise en garde : « Il n’y a pas, et il n’y aura pas de progrès économique et social durable sans un dialogue social de qualité, s’appuyant sur des organisations syndicales solides et reconnues de l’entreprise au national en passant par la branche et les territoires. » Il a invité patronat et employeurs à « donner davantage d’espaces à un dialogue social fondé sur la reconnaissance d’intérêts contradictoires mais cherchant le compromis utile à tous » et à « partager davantage le pouvoir économique avec ceux qui représentent l’intérêt des salariés » : « Le syndicalisme change… alors changez aussi ! » Aux autres organisations syndicales « qui partagent notre conception de la démocratie sociale et du progrès social », il a proposé : « Travaillons davantage ensemble, malgré nos différences et nos divergences. Les salariés attendent de nous des résultats et nous serons plus forts ensemble pour les obtenir. » Enfin, il a appelé les salariés à rejoindre la CFDT afin de « développer ensemble ce syndicalisme constructif et utile pour chacun ». Et contribuer à écrire une nouvelle page du syndicalisme. Avec l’ambition, affirmée par le secrétaire général, de « devenir première organisation syndicale dans le public comme dans le privé » lors des élections dans la fonction publique, en 2018.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a pris acte de la seconde place du syndicat sur l’ensemble du secteur privé. Il a néanmoins tenu à rappeler que son organisation reste le premier syndicat de France si l’on additionne les voix de la fonction publique.

La CGT réaffirme sa 1ere position sur l’ensemble des élections

Après l’annonce des résultats des élections professionnelles du secteur privé, le leader de la CGT Philippe Martinez a admis sa déception de voir son organisation passer à la seconde place des syndicats du privé. La CFDT vient d’emporter les élections, et met ainsi fin à une hégémonie datant de la Seconde guerre mondiale. Toutefois, Philippe Martinez a évoqué des points de réconfort: la «centrale» reste majoritaire dans les TPE, et si l’on additionne les élections professionnelles du privé et de la fonction publique, elle reste le premier syndicat de France

lors des dernières élections TPE, dont le décompte a été rendu public en février dernier, la CGT l’a emporté avec 25,12% des voix contre 15,49% pour son éternelle rivale, la CFDT. Cependant, le scrutin, ouvert sur les périodes de fin d’année et jusqu’au début du mois de janvier, s’est distingué par une abstention extrêmement forte, à plus de 92% des inscrits

La CGT avait raflé la première place, avec 23,% des suffrages contre 19,3% à la CFDT et 18,6% pour FO. 53% des 5.200.000 fonctionnaires s’étaient déplacés, donnant exactement 604.624 voix à la CGT contre 504.804 à la CFDT. La CGT avait fait ses meilleurs scores dans la fonction publique territoriale.

Si l’on additionne les chiffres officiels à ceux d’aujourd’hui 31 mars, le total des voix de la CGT tous secteurs confondus publics/privés est de 1.907.400, et reste donc bien le plus élevé, dépassant le score de la CFDT et ses 1.887.450 suffrages