RPS / SANTÉ – La Mutualité fonction publique (MFP), qui regroupe 21 mutuelles, se mobilise pour dénoncer les clichés sur la protection sociale des 5,6 millions de fonctionnaires. Elle lance ce mercredi une campagne pour déplorer le peu d’aides que ceux-ci perçoivent de leurs employeurs pour souscrire à une complémentaire santé.

Chiffre à l’appui, cette campagne rappelle la « non prise en compte par les pouvoirs publics de l’iniquité des droits entre fonctionnaires et salariés (iniquité qui s’est accentuée avec la généralisation santé en entreprise » La Mutuelle avance ces chiffres « Là où les salariés reçoivent en moyenne 244 euros par an de leur employeur privé, l’agent public ne perçois au mieux que quelques euros ».  Rappel de la mutuelle : La Mutualité fonction publique (MFP), qui regroupe 21 mutuelles, se mobilise pour dénoncer les clichés sur la protection sociale des 5,6 millions de fonctionnaires. Elle lance ce mercredi une campagne* pour déplorer le peu d’aides que ceux-ci perçoivent de leurs employeurs pour souscrire à une complémentaire santé.

Qui en pâtit ? « Les plus petits revenus, précise la mutuelle, les fonctionnaires les moins aisés qui doivent consacrer une partie non négligeable de leur budget à acquérir l’acquisition d’une complémentaire santé. N’oublions pas que dans la fonction publique territoriale, plus de 8 actifs sur 10 sont de catégorie C et ne perçoivent pour certains qu’un revenu nettement inférieur au revenu moyen des Français. Pas étonnant , pour la président de la MFP, Serge Brichet,  que quatre agents sur 10 ont déjà renoncé à des soins pour des raisons financières « comme un tiers des Français, en dépit de leur étiquette de « nantis dans l’imaginaire social ».