RPS – JuriTravail – La reconnaissance des troubles psychosociaux comme facteur d’accident de service, qui est le comparatif d’un accident de travail pour un fonctionnaire, n’en est juridiquement qu’à ses prémisses. La décision récente du Tribunal administratif de Paris qui concerne France-Télécom Orange (50% du personnel de ce groupe a le statut de fonctionnaire d’état), est commenté par Guillaume Cousin,
avocat au barreau de Paris
Un fonctionnaire au sein de France-Télécom Orange rencontre depuis plusieurs années des difficultés avec sa hiérarchie, et s’estime victime de harcèlement moral.
Il est notamment convoqué à plusieurs reprises à des entretiens « managériaux » impromptus en présence de plusieurs supérieurs hiérarchiques, qui s’avèrent être des entretiens disciplinaires déguisés.
À l’annonce d’un nouvel entretien de ce type, il est victime d’un malaise et appelle les pompiers. Ces derniers diagnostiquant « de l’angoisse, de l’anxiété et du stress », et l’emmènent à l’hôpital. Il est aussitôt placé en arrêt de travail, du fait d’un choc psychologique important et d’un état anxio-dépressif.
FRANCE TELECOM refuse de prendre en charge cet accident de service et ses conséquences.
Après expertise psychiatrique judiciaire, et une longue procédure, le Tribunal Administratif de PARIS lui a donné gain de cause :
« considérant qu’il résulte des pièces du dossier que, le 25 juin 2009, M. S., qui avait été informé par courrier du 5 juin 2009 de l’engagement d’une procédure disciplinaire à son encontre, été convoqué par courriel par son supérieur hiérarchique un entretien immédiat, pour remise de documents relatifs à cette procédure, sans que l’assistance d’un représentant syndical lui soit autorisée ; que, victime d’un malaise, il a été pris en charge par le service des urgences de l’Hôtel-Dieu où le praticien a diagnostiqué une crise d’angoisse ; qu’à la suite de cet accident, M. S. a présenté un état anxieux et des troubles dépressifs qui ont nécessité des arrêts de travail successifs () ; qu’il résulte tant du rapport d’expertise du 23 mars 2010, réalisé par un médecin psychiatre expert et praticien hospitalier, à la demande de France Telecom, et du certificat médical établi le 14 juin 2011 par le médecin expert attaché à l’Hôtel-Dieu, que du rapport d’expertise diligenté par le tribunal, rendu le 12 décembre 2013, que le malaise de M. S. survenu le 25 juin 2009 trouve son origine et a pour cause déterminante ses conditions de travail, caractérisée par une forte conflictualité avec sa hiérarchie ; () l’accident du 25 juin 2009 doit être regardé comme étant en lien direct et certain avec l’exécution du service ».
FRANCE TELECOM, devenu ORANGE, a fait appel de cette décision.
Par arrêt du 31 décembre 2015, la Cour Administrative d’Appel de PARIS confirme le jugement, en rappelant très clairement les critères de prise en charge d’un accident de service :
« Considérant qu’un accident survenu sur le lieu et dans le temps du service, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice par un fonctionnaire de ses fonctions ou d’une activité qui en constitue le prolongement normal présente, en l’absence de faute personnelle ou de tout autre circonstance particulière détachant cet événement du service, le caractère d’un accident de service ».
http://www.juritravail.com/Actualite/arret-de-travail/Id/232171