NOUVELLES TECHNOLOGIES  – Rue 89 –  Des millions d’emplois supprimés, remplacés par des robots, des logiciels, des algorithmes. Plusieurs études ont dressé ces projections alarmantes au cours des trois dernières années, de l’université d’Oxford à l’institut belge Bruegel. Les économistes de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économiques, le « club des pays riches », qui regroupe les principaux Etats développés et prône le libre-échange et la concurrence) ont voulu reprendre les hypothèses de ces études, en particulier celles des chercheurs d’Oxford (Carl Frey et Michael Osborne) qui arrivaient à la conclusion que 47% des emplois étaient « à risque » aux Etats-Unis au cours des dix à vingt prochaines années. Selon les économistes de l’OCDE, le taux d’emplois automatisables serait plus proche de 9%. Le moindre besoin de main d’œuvre dû à l’automatisation et au numérique pourrait se traduire plutôt par… la baisse du temps de travail. Un article de Delphine Cuny, sur le site Rue 89 :  

Leur approche des jobs « automatisables » serait trop générale, a expliqué en substance Stefano Scarpetta, le directeur de l’emploi, du travail et des affaires sociales de l’organisation, lors d’une présentation de l’étude cette semaine :

« Ils supposent que tous les emplois sont identiques au sein d’une profession et dans tous les pays. Il vaut mieux analyser le contenu des tâches pour chaque emploi et non en moyenne pour chaque profession. »

« Changement de la nature des tâches »

Les auteurs de l’étude de l’OCDE (l’équipe d’économistes de l’institut allemand ZEW) ont réalisé une cartographie des tâches concrètes à partir des données issues de l’enquête internationale détaillée sur les compétences des adultes (PIACC) de l’organisation. Leur conclusion :« Il est peu probable que l’automatisation et la numérisation détruisent un grand nombre d’emplois. »Stefano Scarpetta résume en chiffres : « Ce serait plutôt 9% en moyenne des emplois aux Etats-Unis et dans les pays de l’OCDE qui seraient automatisables, avec plus de 70% de tâches substituables par des machines. C’est beaucoup moins que les 47% ! »Soit tout de même de l’ordre de 2 millions de chômeurs potentiels en plus à l’échelle de la France. Sont notamment concernées toutes les tâches répétitives et les jobs intermédiaires.

Mais pour Stefano Scarpetta : « Le risque de “chômage technologique” de masse, pour reprendre l’expression mise en avant par John Maynard Keynes dès 1931, peut être écarté. En termes de volume, il n’y a pas forcément de grand risque de chômage technologique. Il faut plutôt parler de changement profond de la nature des tâches ». Si l’on regarde les jobs « à risque moyen de substitution » (soit tout de même entre la moitié et 70% des tâches pouvant être confiées à un logiciel ou un robot), on grimpe à 35% des emplois concernés en moyenne – 30% en France.

Attention aux emplois peu qualifiés

Mais l’OCDE nuance : « les travailleurs peuvent s’adapter en changeant leurs tâches », d’où la nécessité de la formation continue tout au long de la vie professionnelle, et « le changement technologique génère aussi des emplois supplémentaires », même si ces derniers ne remplacent pas les emplois perdus, car les compétences ne sont pas les mêmes. Ce sont les effets indirects :« Selon certaines estimations, chaque emploi créé par le secteur de la haute technologie entraîne la création d’environ cinq emplois complémentaires. »Pas d’angélisme pour autant : l’OCDE reconnaît qu’il y aura bien des suppressions d’emplois et « les travailleurs moins instruits sont ceux qui courent le plus de risques de voir leur emploi supprimé ». Les économistes de cette organisation libérale avancent une piste qui résonne dans le débat politique français actuel, à l’heure où les candidats à la primaire du parti Les Républicains prônent tous la fin des 35 heures et le retour aux 39 heures : « Pour s’adapter à la réduction éventuelle de la demande de main d’œuvre, il faut envisager d’autres moyens, par exemple la baisse des heures de travail. » Encore faut-il que l’on trouve une solution politique de redistribution pour maintenir le niveau de vie, comme le revenu de base universel, sur lequel l’OCDE travaille.

Un revenu de base universel ?

(…)

Pour lire l’ensemble de l’article : http://rue89.nouvelobs.com/2016/05/20/risque-dun-chomage-masse-cause-les-machines-peut-etre-ecarte-264085